مرحبا بكل من يحب العلم و يسعى إليه

المواضيع الأخيرة


    LES RESEAUX

    شاطر
    avatar
    tarek
    مشرف المنتدى
    مشرف المنتدى

    ذكر عدد الرسائل : 178
    أعلام الدول :
    نقاط : 489
    السٌّمعَة : 1
    تاريخ التسجيل : 11/05/2009

    LES RESEAUX

    مُساهمة من طرف tarek في السبت مايو 23, 2009 8:33 pm

    1. assainissement : réseaux EP (eaux pluviales) et EU (eaux usées)

    Les ouvrages d’assainissement ont pour objet la collecte, le transport et le traitement éventuel et la restitution dans le milieu naturel des :

    · eaux pluviales

    · eaux usées : eaux domestiques (ménagères et vannes) et eaux industrielles.

    1.1. les différents systèmes de collecte

    · séparatif : 2 réseaux, un pour les EU et le second pour les EP ;

    · unitaire : un seul réseau pour les EU et les EP (avec déversoir lors d’orages) ;

    · pseudo-séparatif : un réseau EU où les EP individuelles (toitures, cours) sont recueillies,

    un réseau EP pour les eaux de ruissellements des chaussées et trottoirs.

    1.2. choix d’un système

    Il s’effectue à partir notamment :

    · de l’existence et du type d’un réseau auquel un raccordement est possible ;

    · du mode de traitement existant ou prévu ;

    · du type d’urbanisation (densité, taille des parcelles…) ;

    · de la nature des sols ; etc.

    · Le système séparatif pourra ainsi être choisi par exemple lorsque :

    · le réseau aval sur lequel sera branché le réseau de l’opération est lui-même séparatif, les eaux usées étant déjà raccordées à une station de traitement ;

    · il existe des exutoires proches de la zone pour le rejet des EP, les objectifs de qualité fixés ou prévus étant compatibles avec le rejet ;

    · le milieu récepteur étant particulièrement sensible et ne permet pas le rejet de surverse de déversoirs d’orages.

    · En revanche, on choisira vers un système unitaire ou pseudo-séparatif lorsque par exemple :

    · le réseau aval est lui-même de type unitaire ou pseudo-séparatif, sans perspective d’évolution à court ou moyen terme et déjà raccordé à une station de traitement ;

    · il existe des possibilités de mettre en place des déversoirs d’orage pour écrêter les débits de pointe, les rejets étant compatibles avec les objectifs de qualité du milieu récepteur…

    1.3. choix des éléments constitutifs des réseaux

    1.3.1. eaux pluviales

    On distingue :

    · les réseaux de surface ;

    · les réseaux enterrés ;

    · les bassins de retenue et/ou d’infiltration.

    1. Les réseaux de surface

    Ils sont constitués par un ensemble ramifié de caniveaux qui collectent et évacuent les eaux pluviales soit directement au milieu naturel, soit dans un réseau aval de canalisations, existant ou projeté.

    Ce type de réseau peut convenir pour des opérations dont la topographie et le plan de masse sont tels qu’il n’y a pas de risques d’inondation d’habitations ou de points bas susceptibles de retenir les eaux de ruissellement on distingue :

    · les caniveaux sont bien adaptés aux éléments de desserte et aux aires de stationnement dans la mesure où le débit à évacuer reste faible.

    · les fossés ou canaux peuvent évacuer des débits plus importants que les caniveaux pour des pentes identiques ; ils peuvent convenir :

    · voirie de quartiers à caractère « rustique » ;

    · émissaire vers un exutoire éloigné ;

    · nappe phréatique affleurante ;

    · terrains très plats.

    Leur utilisation impose cependant certaines sujétions :

    · emprise complémentaire le long des voies ;

    · busage au droit des accès aux habitations ;

    · entretien ultérieur indispensable.

    2. Les réseaux enterrés

    Ils sont constitués par un ensemble ramifié de canalisations le plus souvent à écoulement gravitaire et en général de section circulaire. Par rapport aux réseaux de surfaces, ils présentent certains avantages :

    · évacuation de débits importants sous faible emprise ;

    · pas d’emprise supplémentaire lorsque le réseau est sous chaussée ;

    · maintenance plus facile.

    Leurs inconvénients existent :

    · coût élevé ;

    · conditions d’autocurage plus difficiles à satisfaire en terrains très plats ;

    · encombrement du sous-sol pouvant créer des gênes au passage des autres réseaux.

    3. Les bassins de retenue

    Ce sont des éléments ponctuels interposés sur un réseau de surface ou enterré ; ils permettent d’écrêter les débits de pointe des EP, le volume ainsi écrêté étant stocké afin d’être rejeté ultérieurement dans le réseau aval.

    4. Les bassins d’infiltration

    Ils ont une double fonction de stockage (analogue au bassin de retenue) et d’infiltration dans le sol de l’eau qu’ils contiennent. Ce type d’ouvrage peut être utilisé :

    · en cas d’impossibilité technique ou économique de rejet dans un réseau existant ou dans le milieu naturel ;

    · en cas de volonté de réalimenter la nappe souterraine.

    Il faut un terrain à coefficient de perméabilité verticale suffisant et un entretien périodique afin d’éviter le colmatage.

    5. Nouvelles perspectives

    La plus grande partie du ruissellement est due à l’imperméabilisation des voiries et aires de stationnement, et des toitures. Il est donc nécessaire de réduire cette imperméabilisation en agissant sur:

    · la structure des matériaux composants les différentes surfaces : revêtement drainant , chaussée poreuse ;

    · l’organisation de ces différentes surfaces entre elles pour retarder l’arrivée des eaux de ruissellement au réseau, par exemple, par l’interposition de bandes végétales faisant écran.

    1.3.2. eaux usées

    L’assainissement des eaux usées comprend trois phases :

    1. la collecte et le transport

    Ils s’effectuent par un réseau étanche de canalisations enterrées ; l’écoulement gravitaire est la règle générale ; ceci peut parfois conduire, afin d’éviter un relèvement, à passer une partie du réseau en servitude sous emprise privée.

    2. L’épuration

    · station d’épuration publique



    · systèmes propres à l’opération : ils peuvent être :

    · des systèmes individuels : fosse septique toutes eaux suivie d’un épandage souterrain auxquels on associe un séparateur à graisse pour les eaux ménagères (cuisine) en amont et d’un préfiltre entre fosse et épandage pour le protéger contre le colmatage. Il faut que le terrain ne soit pas trop perméable, la nappe phréatique pas trop profonde, le terrain pas trop en pente et l’urbanisation assez diffuse.

    · des systèmes collectifs : pour plusieurs logements, en reliant par exemple les fosses septiques au même épandage sous un espace vert collectif.



    3. L’évacuation et le rejet des eaux traitées

    · évacuation et rejet dans le réseau hydrographique de surface : c’est la majorité des cas ; on rejette dans un cours d’eau, un lac ou la mer.

    · rejet dans le sol : en assurant l’épuration et l’évacuation (§ précédent) ou rejet assurant uniquement l’évacuation des eaux déjà traitées (puits d’infiltration, bassin d’infiltration).

      الوقت/التاريخ الآن هو السبت نوفمبر 25, 2017 1:12 am